Ils persévéraient tous en la doctrine des Apôtres,

et en la communion et la fraction du pain, et dans les prières.

 

 

ACTES-42.NET

 

 

6 novembre 2015

https://i.ytimg.com/vi/oTS6Jaza9MA/maxresdefault.jpg

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image005

Livre Église-Maison

En vente sur Ebay

Table des matières

Introduction

 

La Tradition Apostolique – Dépassée ? 

 

 Le repas du Seigneur – Festin ou famine ?

 

Réunions interactives

 

Consensus d’assemblée

 

La doctrine de l’église-maison

 

Dix raisons de faire l’église-Maison

 

Les enfants à l’église

 

Une église pleinement biblique

 

Les ministères de la prédication et de l’enseignement

 

Le ministère des anciens

 

Les ministères à temps plein

 

Le ministère d’évangélisation

 

Le ministère de la famille – La clé pour des églises en santé

 

Servir par les dons

 

L’église de localité

 

Mettre la vérité en pratique – La discipline ecclésiastique

 

Les familles de l’église

 

L’ordre divin

 

Une situation difficile – Devenir trop nombreux

 

Les traditions de l’église

 

Conclusion

 

Recevez par courriel chaque semaine une méditation biblique

 

Image de fond écran

 

 

 

 

l’église de localité

 

        Le mot église (ekklesia) était employé de diverses façons dans le Nouveau Testament. La plupart du temps, il est employé dans deux cas. L’un d’eux est ce que les théologiens ont appelé l’église catholique (universelle). L’autre est l’église locale. L’église universelle désigne l’ensemble des croyants qui ont vécu, de tous les temps et du monde entier. L’église locale est l’ensemble des croyants d’une localité spécifique. Certains enseignent que l’église locale prend la forme de ce qu’ils nomment l’église de localité. Qu’est-ce que l’église de localité? Quelle est la relation entre l’église de localité et l’église-maison? Pour répondre à cela, on doit d’abord comprendre l’église universelle (catholique).

 

I.  Une seule église catholique (universelle)

1L’église universelle est une réalité biblique. Certaines affirmations dans les Écritures ne font pas référence à une église locale particulière, mais plutôt à l’ensemble du peuple de Dieu, en tout temps et en tous lieux (au ciel ou encore sur la terre), c’est-à-dire tous ceux qui appartiennent à Jésus. Par exemple, Jésus dit dans Matthieu 16:18, « sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle ». C’est un fait que certaines églises locales ont disparu. La promesse de perpétuer l’église n’a pas été faite à une église locale particulière mais plutôt à l’église tout entière. 

       La réalité de l’église catholique se voit aussi dans Romains 12:5, « nous, qui sommes plusieurs, nous sommes un seul corps en Christ ». Plus loin, Éphésiens 1:22 affirme que Dieu le Père a donné Christ comme « chef suprême de l'Église ». Colossiens 1:18 renchérit cette idée en affirmant que Jésus est « la tête du corps de l'Église ». Christ est la Tête et l’église universelle est Son corps. Il y a donc qu’une seule église universelle, un seul corps de Christ. (En raison d’abus passés du concept d’église universelle, plusieurs font référence à ces exemples en utilisant le mot générique église.)

2.  L’église universelle est constituée de l’ensemble de tous les croyants. Ce sont tous ceux dont le nom paraît dans le Livre de Vie de l’Agneau; tous ceux qui sont inscrits dans les cieux (He 12:22-23). La mort sépare les saints d’ici-bas des saints d’en haut, mais ils ne forment qu’un, une seule église.

3.  L’église universelle n’a encore jamais été toute réunie. Plusieurs de ses membres ont déjà été glorifiés, beaucoup d’autres ne sont pas encore nés, et ceux sur terre sont répandus aux quatre vents. Comme nous le savons, cette assemblée aura lieu un jour dans le futur, lorsque le temps aura cessé. Plusieurs hymnes font allusion à cette assemblée. De ce qu’on en dit, ce sera une expérience hors du commun.

4.  L’église universelle n’a pas d’organisation humaine externe. Il n’y a aucune preuve biblique que les disciples de Christ, après la dispersion de l’église d’origine à Jérusalem, se soient mobilisés pour former une société organisée. L’église est invisible dans le sens où elle n’est pas sous la responsabilité d’une organisation terrestre et humaine.

       On peut comparer l’église universelle aux noms inscrits dans un bottin téléphonique. Plusieurs noms se trouvent dans le bottin. Ils ont tous quelque chose en commun : un numéro de téléphone. Pourtant, ces gens ne sont pas rassemblés par une même organisation. Il en est ainsi de l’église universelle sur terre. Chaque croyant est inscrit dans le Livre de Vie de l’Agneau. Tous ont Christ. Pourtant, ils ne sont pas organisés ensemble de façon extérieure et terrestre. 

5.  Le lien de l’église universelle est le lien spirituel de l’amour. Cet amour surnaturel s’exprime concrètement : Paul avait à cœur les besoins de l’église locale de Jérusalem et il a fait une collecte dans tout le monde romain pour lui venir en aide. Si une partie du corps souffre, tout le corps souffre. Nous compatissons vivement aux mauvais traitements subis par nos frères et sœurs chinois puisqu’ils sont de la même famille; nous sommes dans la même église. Romains 12:5 nous rappelle que « nous sommes un seul corps en Christ; et nous sommes chacun en particulier les membres les uns des autres ». 1 Corinthiens 12 révèle que chacun est une partie d’un corps de Christ et que « lorsqu'un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (12:26-27).

6.  L’église universelle a des ministres identifiables ayant des dons surnaturels. Éphésiens 4:11-12 dit que Christ « a établi les uns apôtres, les autres prophètes, les autres évangélistes, et les autres pasteurs et docteurs; pour le perfectionnement des saints, pour l'œuvre du ministère, pour l'édification du corps de Christ ». Ces gens avec des dons peuvent certainement être membres d’églises locales organisées, mais leurs dons viennent du Saint-Esprit et leur utilité est souvent pour l’église universelle, pas seulement pour l’église locale. Ces hommes œuvrent localement mais ils ont souvent à cœur toute l’église. Ces exemples incluent Paul, Barnabas, Apollos. Comme John Wesley a dit « Ma paroisse, c’est le monde. » 1 De tels ministres pensent au monde entier, mais agissent localement!

        En somme, l’église universelle est l’ensemble de tous ceux qui sont sauvés en Christ. C’est la collectivité de ceux qui sont rachetés en Christ, toute la famille de la foi. L’église universelle est composée des citoyens de la Nouvelle Jérusalem. L’existence de l’église universelle est exprimée ainsi dans le Crédo de Nicée « Je crois en l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. »

 

II.  Plusieurs églises locales

        Même s’il y a manifestement qu’une seule église universelle, le Nouveau Testament mentionne aussi de multiples églises (au pluriel) dans différentes régions (Ga 1:2, Ap 1:4) ou distingue les églises de différentes villes (Ac 13:1, 1 Th 1:1). Si des groupes de croyants se réunissaient à deux endroits différents, la Bible en parle comme étant deux églises distinctes. Cela nous amène à employer le mot église dans un contexte différent, l’église locale. L’église locale est un sous-groupe de l’église universelle.

        Jésus a dit que si un frère pèche et refuse de se repentir, l’une des étapes pour le reprendre est « dis-le à l’Église » (Mt 18:17). Jésus faisait référence à l’église locale et non à l’église universelle. C’est l’église locale qui a l’autorité de chasser les membres rebelles, de tenir des réunions régulières, d’avoir des anciens reconnus et d’être organisée. Rien de cela ne s’applique à l’église universelle.

          Donald Guthrie a écrit que « le but initial de l’église était que les communautés locales de croyants se réunissent à un même endroit […] on ne peut trop insister sur l’importance de la communauté dans le Nouveau Testament. »2 Selon le dictionnaire New Bible Dictionnary (Nouveau dictionnaire biblique), « Une ekklesia était une réunion ou un rassemblement […] église n’est pas synonyme de “peuple de Dieu ”; c’est plutôt une activité du “peuple de Dieu” ».3 Pareillement, quelqu’un a déjà fait remarquer avec humour que les oiseaux volent, les poissons nagent et les églises se réunissent. L’idée, c’est que « Si tu ne te réunis pas, ce n’est pas une église locale! »

        Quelle est la forme extérieure appropriée de l’église locale? Est-ce l’église-maison ou bien l’église de localité?

 

1. Une église locale à la grandeur de la ville. Certains affirment que l’église locale doit être organisée en une seule église par ville, constituée d’un réseau de plusieurs églises-maison qui se réunissent. Ceux qui défendent l’idée d’une seule église par localité affirment qu’il n’y a qu’une seule église organisée par ville. On avance aussi que cette église de localité devrait tenir régulièrement des réunions pour l’ensemble des croyants de la ville.

        De telles « églises » -maison ressembleraient plutôt à des groupes de rencontre de quartier ou bien à des cellules d’église semi-autonomes, soumises à l’église-mère (l’église de localité). En pratique, ce ne serait pas très différent d’une grande église baptiste dont les membres sont subdivisés en quelques dizaines de classes d’école du dimanche. Selon le plan idéal d’une église de localité, aucun sous-groupe (comme les églises-maison, les églises baptistes, les églises presbytériennes ou les assemblées pentecôtistes) d’une localité n’est censé être autonome. Elles sont toutes censées être réunies sous la bannière de l’église de localité. Les réunions de toute l’église de localité sont dites être le contexte approprié pour les rassemblements interactifs de 1 Corinthiens 14 et non les églises-maison. Les rassemblements de l’église de localité seraient le moment approprié pour célébrer le Repas du Seigneur. Seule l’église d’une localité aurait le pouvoir de discipliner un frère ou une sœur. Si la théorie de l’église de localité est correcte, « l’église »-maison n’a alors aucune directive biblique sur ce qu’elle doit faire lorsqu’elle s’assemble ou encore pour quoi elle existe.

        Sur quoi fondent-ils leurs convictions au sujet de l’église de localité organisée? Les endroits dans le Nouveau Testament où une seule église est mentionnée dans une ville en particulier sont un argument pour justifier le modèle d’une seule église par localité. Par exemple, Apocalypse 1:4 fait référence aux églises (pluriel) de la province d’Asie et traite ensuite de l’église (singulier) de chacune des sept villes de cette province (2:1, 8, 12, 18, etc). Le fait que le Nouveau Testament ne se réfère jamais spécifiquement aux « églises » (pluriel) d’une même ville ajoute du poids à l’idée d’une seule église par localité. La situation à Corinthe pourrait servir d’exemple principal du modèle d’église de localité.

 

La situation à Corinthe

a.  La salutation. La salutation dans 1 Corinthiens 1:2 mentionne « l’Église de Dieu qui est à Corinthe ». Cette salutation suggère qu’il n’y avait qu’une seule église à Corinthe et non plusieurs. La théorie de l’église de localité affirme qu’il n’est censé y avoir qu’une seule église par ville et qu’elle doit être une entité organisée avec son propre gouvernement, ses responsables et ses réunions.

b.  La discipline de l’église. Dans 1 Corinthiens 5:4-5, Paul s’est occupé du frère immoral qui devait être discipliné. Il a écrit « Au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, vous et mon esprit étant assemblés, avec la puissance de notre Seigneur Jésus-Christ, qu'un tel homme soit livré à Satan ». Paul a écrit comme s’il y avait une assemblée de toute l’église de Corinthe au même endroit.

c.  Le Repas du Seigneur. 1 Corinthiens 11b révèle qu’il y avait des abus lors du Repas du Seigneur à Corinthe. Il y avait des divisions profondes entre les classes. Les riches préféraient évidemment ne pas manger avec les pauvres, alors ils ont convenu d’arriver plus tôt au lieu de rencontre. Lorsque les pauvres arrivaient enfin, peut-être après avoir travaillé, les riches avaient déjà mangé. Il ne restait plus de nourriture. Ce type d’abus du Repas du Seigneur n’aurait pas pu arriver à moins que tous, riches et pauvres, ne s’assemblent dans la même église et ne se réunissent au même endroit. Manifestement, ils ne s’assemblaient pas en différents endroits pour célébrer le Repas du Seigneur. Les riches évitaient les pauvres en mangeant à une heure différente et non dans un endroit différent.

d.  La réunion participative. Le contexte de la réunion participative implique aussi la réunion de toute l’église de la localité. Par exemple, 1 Corinthiens 14:23 affirme que « Si donc toute l'Église est assemblée en un même lieu, et que tous parlent des langues, et que des gens du commun peuple, ou des incrédules y entrent, ne diront-ils pas que vous avez perdu le sens? ».

e.  Les anciens de la ville. Les défenseurs de l’église de localité pensent que c’est l’ensemble de l’église d’une localité qui doit avoir des anciens et pas nécessairement chaque église-maison. En effet, comment une église-maison typique peut-elle vraiment engendrer plusieurs anciens? En regardant ailleurs qu’à l’exemple des Corinthiens, les défenseurs de l’église de localité citeront Tite 1:5, « La raison pour laquelle je t'ai laissé en Crète, c'est afin que tu achèves de mettre en ordre ce qui reste à régler, et que tu établisses des anciens dans chaque ville, suivant que je te l'ai ordonné ». Ils y voient la nécessité d’un conseil d’anciens pour l’église de localité, et non d’anciens pour l’église-maison. Certains demandent même l’établissement d’un évêque dirigeant ou de pères apostoliques pour guider l’église de localité.

      

2. L’église-maison locale. D’autres affirment que l’église-maison organisée est la forme extérieure appropriée pour l’église locale et non une seule église par localité. D’un côté, il y a l’église universelle et de l’autre, l’église locale. Il y a une grande église et une petite église, mais non une église-mère par ville.

        Comment plusieurs textes au sujet de l’église-maison peuvent-ils être utilisés pour mettre de l’avant des textes au sujet de l’église locale? Sans aucun doute, tous les endroits où le mot église est utilisé (à l’exception des références à l’église universelle) désignent un groupe de croyants qui s’assemblaient tous au même endroit pour des assemblées régulières d’église. Au début, dans une nouvelle ville, il n’y avait certainement qu’un seul lieu de rencontre; mais quand le nombre de croyants augmentait, les lieux de rencontre se multipliaient. Il finissait donc par avoir plusieurs églises à l’intérieur d’une même ville. Il n’a jamais été question qu’il n’y ait pour toujours qu’une seule réunion d’église-maison par ville.

        En d’autres mots, si les auteurs du Nouveau Testament ont parlé de l’église (singulier) dans une ville particulière, c’est simplement parce qu’il n’y avait qu’un seul groupe, qu’un seul lieu de rencontre à ce moment de l’histoire et dans cette ville. Selon Mark Galli, l’éditeur du magasine Histoire chrétienne, « En 100 apr. J-C, les chrétiens étaient environ au nombre de 7 000, un simple 0.0034 pour cent de l’Empire romain. »4 Il n’est pas étonnant qu’il n’y avait qu’une seule congrégation par ville à cette époque. Mais avec le temps, chaque église initiale devait éventuellement multiplier ses lieux de rencontre afin de devenir plusieurs églises organisées dans cette ville plutôt que de rester une seule église-maison.

        Combien grande était l’église de Corinthe? Peu importe sa grandeur, tous ses membres étaient capables de s’assembler en un même endroit pour avoir une réunion plénière participative, tous y célébraient le Repas du Seigneur ensemble et ils exerçaient tous ensemble la discipline de l’église. C’était toutefois une seule église-maison. Dans sa lettre aux Romains rédigée à Corinthe, Paul a écrit « Gaïus, mon hôte, et celui de toute l'Église, vous salue » (Rm 16:23). Il semble que c’était une très grande église-maison, bien que néanmoins une église-maison, puisque Gaius était en mesure de pouvoir accueillir toute l’église de Corinthe.

       Quelle est la preuve que l’église-maison soit la forme extérieure appropriée pour l’église locale? À l’exception peut-être du portique de Salomon, c’est un fait que chaque fois que le Nouveau Testament affirme clairement où une église se réunissait régulièrement, c’était dans une maison privée. Si on regarde l’histoire de l’église, on constate que les premiers croyants ont continué à s’assembler dans des maisons privées pendant deux cents ans (l’équivalent de l’histoire des États-Unis comme nation). Mais où cette supposée église de localité se serait-elle réunie si pendant des siècles, le tout premier lieu de rencontre pour les réunions d’église était un salon?

       G. F. Snyder, dans  Church Life Before Constantine (La vie d’église avant Constantin), a écrit que « l’Église du Nouveau Testament a commencé en petit groupe d’église-maison […] et il en a été ainsi jusqu’au milieu ou vers la fin du troisième siècle. Il n’y a aucune preuve d’endroits plus grands pour les réunions avant 300. » 5 Ces premières églises-maison ont grandi et plutôt que de chercher de plus grands endroits pour tenir leurs réunions, elles ont commencé de nouvelles églises-maison dans la même ville. Ceci est aux antipodes de la théorie d’église de localité comme une entité organisée. Les églises-maison auxquelles on fait référence dans le Nouveau Testament semblent authentiques, de vraies églises en elles-mêmes, et non seulement des cellules ou des groupes-maison.

        Ceux qui défendent l’église de localité croient qu’idéalement, les églises doivent se diviser seulement en raison de la distance, telle que définie par les limites de la ville (la géographie). Ceux qui maintiennent que l’église-maison est le modèle approprié pour l’église locale reconnaissent que la division par la géographie est vraie en principe, mais que les limites de la ville ne sont pas les vraies limites. Ils croient aussi à un autre facteur de division : les limites de la maison, l’espace du salon, de la géographie au sens de l’espace approprié disponible. Si tous les croyants ne peuvent se réunir dans une maison, il est temps de commencer une nouvelle église. La limite, c’est la grandeur d’un salon de taille moyenne.

        Quel est le lien entre ces références à l’église-maison et les quelques affirmations bibliques au sujet de l’église (singulier) d’une ville? Est-ce vraiment possible que la Bible parle de « l’église » dans une ville en particulier simplement parce qu’il y avait qu’une seule assemblée dans cette ville à cette époque? S’il y a eu plusieurs congrégations, n’aurait-il pas été plus approprié de faire référence aux églises de cette ville plutôt qu’à l’église de cette ville? Prenons comme exemple la situation à Rome.

 

La situation à Rome

        La plupart des épîtres du Nouveau Testament ne contiennent pas de salutation à « l’église » dans une ville particulière. En saluant les croyants de Rome par exemple, Paul a écrit « À tous les bien-aimés de Dieu, appelés et saints, qui sont à Rome » (Rm 1:7). Il n’a pas salué « l’église » de Rome comme telle. En fait, le Nouveau Testament ne fait jamais référence à « l’église » de Rome. Serait-ce parce qu’il y avait plus d’une congrégation à Rome?

        Aquilas et Priscille étaient un couple juif qui vivait à Rome. Paul n’avait jamais été à Rome lorsqu’il a écrit sa lettre aux croyants de Rome, mais il connaissait ce couple qui avait vécu à Corinthe et à Éphèse. Paul les a donc salués dans sa lettre lorsqu’il a écrit aux saints de Rome. Il a écrit « Saluez Priscille et Aquilas, mes compagnons d'œuvre en Jésus-Christ […] Saluez aussi l'Église qui est dans leur maison » (Rm 16:3-5).

        Quelle est la différence entre « tous les saints à Rome » (Rm 1:7) et « l’église qui est dans leur maison » (Rm 16:3-5)? L’église qui se réunissait chez Priscille et Aquila a été particulièrement saluée en tant qu’église distincte, un sous-groupe de « tous les saints à Rome » (Rm 1:7). Paul n’aurait pas eu à spécifier quelle église il saluait à moins qu’il n’y eût plus d’une église à Rome. « Saluez l’église qui est dans leur maison » (je mets en gras), et non les églises d’autres maisons de Rome.

        Il y avait évidemment un nombre considérable de croyants à Rome, beaucoup plus qu’à Corinthe, et ils se réunissaient en plus d’un endroit chaque Jour du Seigneur. Par exemple, dans Romains 16:14, il y a une salutation pour « Asyncrite, Phlégon, Hermas, Patrobas, Hermès, et les frères qui sont avec eux. ». Qui étaient les frères qui étaient « avec » eux? Probablement les autres personnes d’une autre église qui se réunissait avec eux.

        Regardons aussi Romains 16:15 : « Saluez Philologue et Julie, Néréa et sa sœur, et Olympe, et tous les Saints qui sont avec eux. ». Qui étaient les saints qui étaient « avec » eux? Cela suggère fortement que les saints qui étaient avec eux formaient encore une autre église de Rome, distincte des « frères » qui se réunissaient avec Asyncrite et les autres, et aussi distincte de l’église qui se réunissait dans la maison de Priscille et d’Aquilas.

        On peut aisément défendre qu’il y avait au moins trois lieux de rassemblement distincts pour les croyants de Rome, qui représentaient au moins trois églises distinctes. Prenez note aussi que Paul a seulement salué par leur nom ceux qu’il connaissait. Sans doute existait-il beaucoup d’autres églises-maison à Rome que Paul ne connaissait pas personnellement lorsqu’il a écrit.

 

L’exemple de l’église de Jérusalem : petite ou grande?

        Appliquons tout ceci à l’église de Jérusalem. L’église de Jérusalem est l’un des quelques exemples où la Bible parle d’une seule église dans une ville (Ac 8:1). On peut penser que c’est simplement parce que les croyants s’assemblaient tous ensemble en un seul endroit. En effet, l’église de Jérusalem était une seule entité organisée. Par exemple, Actes 2:1 affirme qu’« ils étaient tous d'un accord dans un même lieu ». Actes 6:1-2a affirme que « C'est pourquoi les douze, ayant convoqué la multitude des disciples ».

        Contrairement à Corinthe, l’église de Jérusalem n’était pas du tout une église-maison (bien qu’ils mangeaient ensemble dans différentes maisons, Ac 2:46). À la Pentecôte, environ 3000 personnes se sont ajouté aux premiers cent vingt croyants (Ac 1:15). Ensuite, Actes 4:4 nous dit que « plusieurs de ceux qui avaient entendu la parole, crurent, et le nombre des hommes fut d'environ cinq mille. ». Luc nous informe aussi que « le nombre des disciples se multipliait beaucoup à Jérusalem. Et un grand nombre de sacrificateurs obéissaient à la foi » (Ac 6:7). L’église de Jérusalem était une église énorme même selon les standards d’aujourd’hui. C’était une méga-église!

        Où tant de gens se réunissaient-ils? Actes 5:12 nous donne la réponse : « ils étaient tous d'un commun accord au portique de Salomon ». Le portique de Salomon était un énorme lieu de rassemblement, il avait un toit posé sur des colonnes bien espacées dont les côtés étaient ouverts. C’était un portique, une véranda. Cela se faisait avant la persécution qui s’abattit plus tard sur Jérusalem et qui empêcha de si grands rassemblements.

        Devrions-nous suivre l’exemple de Jérusalem dans nos églises d’aujourd’hui? (Si c’est le cas, ce serait fait en parallèle au concept d’église-maison.) La réponse est oui et non. Oui en des circonstances semblables. Mais leurs circonstances étaient uniques et non similaires aux nôtres. Alors en pratique, normalement et dans les faits, c’est non. Trop souvent l’église moderne a laissé l’exception devenir la règle. La situation à Jérusalem était unique pour plusieurs raisons.

        Premièrement, l’église de Jérusalem était la toute première église et n’en était qu’à ses débuts. Elle était au stade de l’incubation. Comme Harvey Bluedorn l’a fait remarquer « Plusieurs choses devaient encore se mettre en place. C’était un tout nouveau projet de construction, mais on ne doit pas confondre l’échafaudage et le matériel de construction avec le bâtiment lui-même. »6

         Deuxièmement, l’église de Jérusalem était seulement composée de Juifs nouvellement convertis. Par conséquent, ils étaient fortement attachés aux choses de l’ancienne alliance, incluant l’adoration dans le temple. Pour citer encore Bluedorn : « L’église de Jérusalem était seulement composée de Juifs circoncis qui avaient vécu toute leur vie sous la loi et dans les environs du temple. Sur le plan culturel, ils avaient un certain style de vie sous une loi administrative qui devait bientôt cesser de s’appliquer. Ils étaient en période de transition. Ils devaient se défaire de la culture immature de l’ancienne alliance, axée sur la conformité externe, en faveur de la culture mature de la nouvelle alliance, axée sur la transformation intérieure. Il y avait plusieurs sacrificateurs convertis qui étaient encore zélés pour la loi, ayant ainsi une conscience faible qui les empêchait de grandir dans l’Évangile. À Jérusalem, bon nombre d’accommodements culturels ont été permis que nous n’envisagerions probablement même pas de nos jours. »7

        Troisièmement, l’église de Jérusalem était instantanément confrontée à un très grand nombre de convertis. Des milliers se sont convertis. Plusieurs convertis étaient des pèlerins religieux, des visiteurs temporaires venus à Jérusalem pour observer la Pâque et la Pentecôte. Josephus a écrit que la population de la ville grossissait de plusieurs fois sa taille normale. Luc l’a dit de cette manière « Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. […] Parthes, Mèdes, Élamites, et ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont et l'Asie, la Phrygie, la Pamphylie, l'Égypte, les quartiers de la Lybie qui est près de Cyrène, et les étrangers romains,

Juifs et Prosélytes, Crétois et Arabes » (Ac 2:5-11). Éventuellement, ces nouveaux convertis ont dû retourner chez eux. Entre-temps, tous ces gens devaient être instruits en tant que disciples et affermis dans leur foi. Comment s’y prendre lorsque 3 000 Juifs de toutes les nations se convertissent soudainement à Jérusalem (Ac 2:5-11, 41) et, peu après, quelques milliers de résidents locaux (Ac 4:4)? Il n’y avait que douze apôtres formés et désignés!

        Pour être en mesure d’enseigner rapidement tant de nouveaux convertis, l’église devait tenir de grandes réunions. C’est pourquoi « ils persévéraient dans la doctrine des apôtres » (Ac 2:42) et s’assemblaient chaque jour dans la cour du temple (Ac 2:46). C’était aussi l’époque du communalisme volontaire (Ac 4:32-35), une façon unique de donner en réponse à ce besoin unique et formateur. Ce modèle n’a pas été répété par les autres églises établies plus tard. La norme, c’est les petites églises et la propriété privée, et non les méga-églises et le communalisme.

        Imaginez cela : des milliers de nouveaux croyants qui n’ont vraiment nulle part ailleurs sur terre pour être formés si ce n’est là à Jérusalem. Le temps était court pour les former. Ils devaient éventuellement retourner chez eux. Des situations extraordinaires nécessitent des mesures extraordinaires : des réunions de masse et le communalisme. Si tous les mormons de Salt Lake City se convertissaient soudainement et manifestaient une foi sincère dans le Seigneur Jésus, cela aussi serait une situation unique qui nécessiterait des mesures extraordinaires de la part de la vraie église.

        Ces grands rassemblements dans la cour du temple n’ont pas duré longtemps, parce que les pèlerins sont par la suite partis et même les résidents locaux qui restaient furent forcés d’en sortir. Luc écrit qu’« il y eut une grande persécution contre l'Église de Jérusalem; et tous, excepté les apôtres, furent dispersés dans les contrées de la Judée et de la Samarie. » (Ac 8:1).

        Des années plus tard, ce qui restait de l’église de Jérusalem a encore tenu une réunion plénière. Cela est écrit dans Actes 15, le conseil de Jérusalem : « Alors toute l'assemblée se tut, et ils écoutaient Barnabas et Paul, qui racontaient quels miracles et quelles merveilles Dieu avait faits par eux, parmi les Gentils. » (Ac 15:12). Luc a écrit que « les apôtres et les anciens avec toute l'Église jugèrent à propos […] » (Ac 15:22). L’église avait grandement diminué, ce n’était plus des milliers comme auparavant.

       (Pour préciser, le conseil de Jérusalem lui-même était un événement assez unique en ce qu’on a débattu au sujet de la nature même du message de l’Évangile. La question était celle-ci : « La foi en Jésus est-elle suffisante ou les gens doivent-ils être circoncis? » Les premiers apôtres étaient toujours à Jérusalem et ils établissaient ce qu’était la norme et le standard pour la doctrine. Le faux évangile de la circoncision devait être condamné et le vrai Évangile devait être affermi et défendu. C’était la responsabilité des Douze. Ils avaient été choisis et formés par Jésus afin de Le représenter sur terre d’une façon que personne d’autre n’a pu le faire jusqu’ici. Ce n’est pas que l’église de Jérusalem avait quelque autorité sur les autres églises. C’est plutôt que les apôtres, de pair avec l’église de Jérusalem, ont envoyé une lettre décidant de la question qui condamnait le critère de la circoncision.)

 

L’église de la Judée, de la Galilée et de la Samarie?

       Le modèle biblique est normalement de faire référence aux églises (pluriel) d’une région (Ac 15:41, 1Co 16:1, 16:9, 2Co 8:1, Ga 1:2). Par conséquent, dans Actes 9:31, la version Ostervald dit « Cependant, les Églises étaient en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie ». Cependant, dans la Colombe, le mot église est au singulier : « L’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie ». Quelle est la bonne lecture, église ou églises?

        La cause est une différence dans le texte original grec utilisé par ces traductions. Si « église » (singulier) est la bonne traduction, alors ce serait la seule référence à une église régionale dans toute la Bible. Mais même si c’est la bonne traduction, on peut légitimement penser que le mot désignait l’église dispersée de Jérusalem. L’église de Jérusalem était la seule église dans le monde entier. L’église d’origine a été si sauvagement persécutée que « tous, excepté les apôtres » ont été dispersés (Actes 8:1). Où l’église est-elle allée? En Judée et en Samarie (Ac 8:1). Ainsi « l’église » en Judée, en Galilée et en Samarie (9:31) fait probablement référence à l’église dispersée de Jérusalem. On trouve dans Galates 1:22 une autre preuve que Actes 9:31 désigne l’église dispersée de Jérusalem. Écrit des années après la dispersion de l’église de Jérusalem, Galates 1:22 revient à l’usage courant et fait référence aux « églises » (pluriel) en Judée. Cela suggère que des églises indigènes locales autonomes se sont formées en Judée dans les années suivant la dispersion. Des réfugiés de l’église de Jérusalem ont commencé de nouvelles églises dans les endroits où ils ont fui.

        Mais il est possible que Luc fasse référence à tous les croyants de ces régions de manière abstraite. De façon similaire, on pourrait dire « L’église en Chine est persécutée. » Il n’y a pas d’église organisée en Chine où tous les croyants participent; c’est une réalité abstraite. L’église de Chine et celle de Judée sont toutes deux des sous-groupes abstraits de la seule église universelle. La Bible ne parle pas d’église régionale organisée, pas plus qu’elle ne parle d’une église universelle organisée. Il y a des exemples d’églises locales organisées (pluriel) dans une région (comme Galates 1:2), mais aucun exemple d’une église régionale organisée. Il n’y a aucun fondement biblique à ce que l’autorité ou l’organisation d’une église terrestre dépasse les limites de sa congrégation locale. Il n’y a aucun fondement biblique à une église mondiale organisée (comme l’Église catholique romaine dit l’être) ni même à une église régionale organisée (comme l’Église d’Écosse ou l’Église d’Angleterre ou l’Église orthodoxe russe).

        Ainsi, la différence dans les manuscrits grecs d’Actes 9:31 peut permettre de considérer une alternative possible au concept d’église de localité : une église abstraite dans chaque localité, représentant plusieurs églises-maison locales organisées. Tout en reconnaissant que chaque église-maison est la forme appropriée pour l’église locale, les croyants ne devraient quand même pas perdre de vue qu’il n’y a, sur le plan abstrait, qu’une seule église dans la ville. On doit être conscient de la réalité abstraite de l’église de localité, mais non pas lui faire prendre la forme d’une organisation ou d’une autorité terrestre. Notre attitude devrait être de reconnaître qu’il y a en effet une seule église par ville et que nous en sommes partie intégrante. Mais l’église-maison demeure la forme appropriée pour l’organisation d’une église locale et non pas l’église de localité.

        En somme, l’église universelle est une réalité abstraite; l’église régionale est une réalité abstraite et l’église de la ville est une réalité abstraite. Aucune d’elles n’a d’autorité, de réunions ou de modèle d’organisation selon la Bible. En pratique, de croire qu’il n’y a, sur le plan abstrait, qu’une seule église dans la ville signifie coopérer avec les autres vraies églises dans des projets communs (les dons, la prière, l’évangélisation) comme Paul a collecté l’église universelle pour aider l’église locale de Jérusalem. Croire en une seule église par ville signifie être solidaire par le lien d’amour pour tous les croyants de votre ville. Croire en une seule église par ville signifie accepter tous les croyants de votre ville, qu’ils soient baptistes, méthodistes, presbytériens ou autre. C’est aussi une possibilité pour tous les anciens de chaque ville de coopérer comme un genre de conseil d’anciens libre.

 

Remarques sur l’église de localité

1.  Comment l’église entière d’une grande ville peut-elle tenir une assemblée plénière? Seulement à Londres, il y a plus de gens que dans certains pays européens en entier. Il y a eu des croyants à Londres depuis l’époque romaine et le nombre de chrétiens à cet endroit est certainement énorme. Même Watchman Nee, un ardent défenseur de l’église de localité, a admis que des villes comme Londres devraient être divisées pour avoir une église par arrondissement ou par code postal. Cependant, si d’avoir une seule église par ville (l’église de localité) est vraiment la norme biblique, quelle autorité avons-nous pour nous en détourner et diviser Londres en de plus petites unités?

2.  Le Nouveau Testament a été écrit il y a maintenant deux mille ans. Plusieurs des premières églises ont cessé d’être des églises et sont plutôt devenues des synagogues de Satan. D’autres églises sont remplies de membres non régénérés; de prétendus frères qui vivent ouvertement dans le péché sans que personne les exclue du groupe. Certaines congrégations ont des pasteurs homosexuels. D’autres ont des anciens qui nient la Trinité, la conception virginale ou l’œuvre propitiatoire de Christ à la croix. Devons-nous nous joindre à de tels prétendus frères dans le but d’avoir une seule église dans la ville? Les défenseurs de l’église de localité répondront sans doute en disant que seulement les vrais croyants sont admis dans l’église de localité. Mais qui va déterminer cela? Cela peut aisément engendrer des conflits, du ressentiment et des divisions. Un groupe de croyants à Atlanta qui croient au concept de l’église de localité ont construit un grand bâtiment avec une affiche à l’extérieur qui clame « L’Église d’Atlanta se réunit ici ». Combien arrogante et sectaire doit sembler cette affiche aux milliers d’autres croyants d’Atlanta qui ne se réunissent pas là pour l’église le dimanche.

        Ironiquement, les défenseurs de l’église de localité font face au même genre de problème que les grands Réformateurs : séparer les vrais croyants des non-croyants dans des églises d’État. Ils en sont venus à Ecclesiola in Ecclesia, la petite église de bon blé dans la grande église d’ivraie. L’histoire laisse croire que de telles tentatives de réforme interne sont rarement une réussite.8

3.  Dans une seule et énorme église de la localité, comment le peuple de Dieu peut-il être protégé contre les prima donna, les loups en habit d’agneau ou les fausses doctrines? Bien que les églises de toutes tailles font face à ce problème, une église de localité finirait probablement par avoir des problèmes semblables à ceux qui sont arrivés à l’Église catholique romaine. Quand la direction est devenue corrompue, toute la structure l’est aussi devenue. Tandis qu’avec des églises-maison décentralisées, lorsque l’une d’elles est corrompue, les autres sont plus isolées de l’erreur.

4.  Certains profitent déjà du concept d’église de localité pour excuser de passer d’une église-maison à une autre, de dimanche en dimanche, comme des gitans spirituels qui ne doivent rien à personne. Se considérant eux-mêmes comme étant membres de l’église en général, ils ne veulent rien savoir des réalités mondaines des relations interpersonnelles avec le même groupe de croyants chaque semaine. D’autres ont tordu le concept d’église de localité afin d’avoir une excuse pour faire tout ce qu’ils veulent.  Pour eux, l’église de localité est essentiellement une église sans définition.

5.  Les réunions d’église doivent être axées sur le Repas du Seigneur comme un repas complet de communion, suivi d’une réunion interactive. Une des choses que les familles font, c’est de manger ensemble. L’église doit être comme une famille et doit manger ensemble. Cela se fait plus facilement dans une maison avec quelques personnes que l’on peut apprendre à connaître et avec qui on peut entretenir une relation personnelle. S’il y a trop de gens, on perd ce contexte intime.

        Lorsque j’étais au séminaire, je faisais partie du personnel à temps partiel d’une église comptant plus de 14 000 membres. Nous avions des soupers les mercredis soir au bâtiment d’église dans une grande salle avec plusieurs rangées de tables. Malgré le fait que je faisais partie du personnel, je ne connaissais pas 90 % des gens qui s’y trouvaient! Ce repas de communion ressemblait à une sortie au restaurant. C’était très impersonnel et institutionnel. En quoi serait-ce différent si le Repas du Seigneur était célébré par l’église entière d’une ville?

6.  Un autre aspect de la réunion du Jour du Seigneur est la réunion participative (1 Co 14) qui n’est pas censée être le spectacle d’une seule personne ou un « service ». De petites assemblées facilitent les réunions participatives. De grandes assemblées sont plus appropriées pour une réunion de type « conférence ». Si chacun des frères doit avoir la possibilité de prendre parole lors des réunions (1 Co 14:23), il faut donc avoir de petites plutôt que de grandes réunions. Si chaque semaine vous venez à la réunion avec quelque chose que vous croyez que le Seigneur veut que vous partagiez et que semaine après semaine vous revenez à la maison sans avoir eu la possibilité de le partager parce qu’il y a beaucoup d’autres personnes qui partagent, vos réunions sont peut-être rendues trop grandes. Comment l’église d’une ville entière peut-elle réellement tenir des réunions inspirées de 1 Corinthiens 14 avec des centaines ou même des milliers de personnes présentes?

7.  Jacques 5:16 enseigne « Confessez vos fautes les uns aux autres, et priez les uns pour les autres ». Galates 6:1-2 exige « Frères, si un homme a été surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le dans un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et accomplissez ainsi la loi de Christ. ». Ils étaient proches dans l’église du premier siècle et ils étaient responsables les uns des autres dans le cadre de relations interpersonnelles. Dans une grande église vous pouvez facilement vous perdre dans la foule. Si vous n’y êtes pas, vous ne manquez à personne. Votre contribution à l’église est comparable à un litre d’eau de plus qui passe sous le pont de Londres. Si vous êtes dans le péché, vous pouvez facilement vous en tirer parce que personne ne sait ce qui se passe dans votre vie. Une grande église est trop impersonnelle. Jésus a enseigné clairement que nous devons être un groupe de gens qui pratiquent la sainteté et l’obéissance. Jésus a décrit dans Matthieu 18 les étapes à suivre pour reprendre une personne rebelle.  Ces procédures sont plus efficaces dans un petit groupe où tous se connaissent (les églises-maison), mais cela devient d’autant plus difficile à mesure qu’une église locale grandit (l’église d’une ville entière).

8.  Le Nouveau Testament est rempli de commandements visant « les uns les autres », ce qui présuppose des relations interpersonnelles intimes : « soyez pleins de tendresse les uns pour les autres, quant à l’honneur, prévenez-vous les uns les autres, ayez les mêmes sentiments entre vous, aimez-vous les uns les autres, accueillez-vous les uns les autres, exhortez-vous les uns les autres, ayez soin les uns des autres, assujettissez-vous les uns aux autres, supportez-vous les uns les autres, soyez bons et miséricordieux les uns aux autres, soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte de Dieu, consolez-vous les uns les autres, exhortez-vous les uns les autres, prenons garde les uns aux autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres » (Rm 12:10, 12:16, 13:8, 15:7, 15:14, 1 Co 12:25, Ga 5:13, 6:2, Ep 4:2, 4:32, 5:21, 1 Th 4:18. He 3:13, 10:24). C’est l’église-maison locale et non l’église de localité qui est le meilleur lieu pour cela.

9.  Si les apôtres ont clairement enseigné ou établi quelque chose, on ne devrait pas remettre en question ce que l’on doit faire. Si les apôtres n’ont pas été précis, alors on a la liberté. Le danger de l’église de localité est de rendre obligatoire une structure artificielle qui n’a aucun fondement dans le Nouveau Testament.

 

Résumé

        L’église de localité est, tout au plus, un sous-groupe abstrait de l’église universelle. La forme appropriée pour l’église locale organisée est l’église-maison et non l’église de localité. L’église de localité est davantage une attitude qu’une entité. Une conviction philosophique de l’église de localité devrait engendrer une attitude de coopération avec les autres églises dans l’évangélisation, les dons, la prière, l’adoration, la formation, de l’amour pour tous les frères, et un intérêt pour les croyants qui ne sont pas de notre groupe. Le concept d’église de localité nous aide à empêcher les divisions et à créer un sentiment d’unité avec les autres croyants de notre ville.

        Ceux qui adhèrent aux idées de ce livre pour la première fois vont naturellement consacrer leur temps et leur attention à commencer et à maintenir leur première église-maison. Cependant, on ne doit pas s’arrêter lorsque la première église a été mise en place avec succès. Une église-maison isolée, entièrement seule, peut rapidement devenir axée sur soi, monastique et malsaine. La véracité de l’existence de l’église universelle signifie que nous devons vraiment penser de manière globale et agir localement. Dans les mêmes proportions, une approbation philosophique de l’église de localité exige que nous pensions à la ville et agissions localement. À tout le moins, la théorie de l’église de localité suggère que l’on n’est pas satisfait d’une seule église-maison, mais que nous visons plutôt que la ville soit remplie d’églises-maison locales autonomes, mais qui coopèrent.

 

Steve Atkerson

11/27/07

Notes

1 John Wesley, Journal of John Wesley (Chicago, IL:  Moody Press, 1951).

2 Donald Guthrie, New Testament Theology (Downers Grove, IL:  Inter-Varsity Press, 1988), 788.

3 D.W.B. Robinson, “Church,” New Bible Dictionary, J.D. Douglas, editor. 2nd ed., (Wheaton, IL:  Tyndale House Publishers, 1982), 205.

4 Mark Galli, “Adventures in Time Travel,” Discipleship Journal (Colorado Springs, CO:  NavPress, Issue #106 July/August 1998).

5 G. F. Snyder, in Church Life Before Constantine (Macon, GA:  Mercer University Press, 1991), 166.

6 Harvey Bludorn, personal correspondence,

7 Ibid.

8 Martin Llyod Jones, “Approaches to the Reformation of the Church,” Puritan and Westminster Conference in 1965.

 

 

 

Questions à discuter

1.  Quelles sont les deux principales manières d’employer le mot « église » dans les écrits du Nouveau Testament?

2.  Quels passages bibliques peuvent être cités pour prouver l’existence de l’église universelle?

3.  Comment les théologiens définissent-ils l’église universelle?

4.  Qu’est-ce que l’église locale?

5.  En quoi l’église locale est-elle différente de l’église universelle?

6.  Quels sont les différents points de vue concernant l’église de localité?

7.  En quoi l’église de localité est-elle différente de l’église-maison?

8.  Quelle est la preuve que l’église maison est la forme appropriée de l’église locale?

9.  Est-ce l’église de localité ou l’église-maison qui est autonome? Pourquoi?

10. Comment reconcilier les divers passages concernant l’église-maison avec les différents passages concernant l’église de localité pour définir la forme appropriée de l’église locale?

11. Que pensez-vous de l’argument disant que la Bible parle de « l’église » dans une certaine ville simplement parce qu’il n’y avait qu’une seule assemblée dans cette ville à cette époque.

12. Quelle est la différence entre « tous les saints à Rome » (Rm 1:7) et « l’église qui est dans leur maison » (Rm 16:3-5)?

13. Devrions-nous suivre l’exemple de Jérusalem dans nos églises d’aujourd’hui? Pourquoi?

14. Qu’est-ce qui est surprenant dans l’énoncé « L’Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie » (Actes 9:31, version Colombe)?

15. Où donc une église de localité organisée d’une très grande ville pourrait-elle tenir une réunion plénière?

16. Comment éviter de s’associer avec de prétendus frères (les théologiens libéraux, les gens immoraux, les hérétiques) lorsqu’on tente d’établir une église de localité?

17. Dans une seule et énorme église de localité, comment le peuple de Dieu peut-il être protégé contre les prima donna, les loups en habit d’agneau ou les fausses doctrines?

18.  Comment une église de la localité organisée pourrait-elle de manière réaliste tenir des réunions interactives selon 1 Corinthiens 14 lorsque des centaines, voire des milliers de gens sont présents?

19. Que représente l’église locale : la ville ou la maison? Pourquoi?

 

 

Remarque : La NTRF offre aussi des ressources pour l’enseignant afin de l’aider à diriger une discussion au sujet de la vie d’église du Nouveau Testament. Demandez The Practice of The Early Church: A Theological Workbook (Leader’s Guide) à www.NTRF.org.

 

Actes2.42.net  est une gracieuseté de

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : logo toisuismoi.ca